23/03/2013

Capacité de discernement...les proches aidants en première ligne !

Capacité de discernement.JPG

Bien souvent, les proches aidants sont les premiers à déceler des signes d'une perte de capacité de discernement, une capacité complexe à comprendre. La personne malade et / ou âgée à des moments où il devient difficile de prendre une décision pour faire un geste de la vie quotidienne ( douche, sortie, courses, etc.) ou pouvoir gérer la partie administrative de sa vie ( transaction bancaire, retirer au bancomat, relever son courrier, etc.). Le proche aidant prend alors le relais pour pallier à cette perte d'autonomie dans les décisions et les choix. La charge devient de plus en plus lourde dans le temps au fur et à mesure de l'évolution de la perte de capacité de discernement.

Il est important d'en faire part au médecin ou au personnel de soins, d'expliquer ce qui se passe afin de construire ensemble un projet qui puisse aider l'autre à évoluer vers une incapacité dans le respect et la dignité auquel il a droit jusqu'à la fin de sa vie.

L'article 16 du code civil décrit la capacité de discernement. Dans le journal Pulsations de mars 2013 ( page 21), un article l'explique clairement.

Les commentaires sont fermés.